iStage 2

iStage 2 : Utilisation des Smartphones comme outils scientifiques

Un smartphone dans toutes les poche

Le smartphone est devenu une partie intégrante de chacun de nous. Sortez dans la rue et regardez autour de vous, tout le monde a un smartphone en main et les élèves, de tous les niveaux, ne font pas exception. Porte ouverte sur le monde et à toutes les distractions, la première réaction du monde éducatif, un peu partout en Europe, a été d’interdire l’usage de ces appareils dans l’enceinte des établissements scolaires. Mais ce renfermement dans un « monde idéal  » débarrassé des derniers progrès technologiques n’est qu’u e autre manière de se mettre la tête dans le sable et de jouer à l’autruche face à la mutation des modes de vie.

Ces petits blocs de plastiques, de métal et de verre sont pourtant de formidables ordinateurs dont la puissance de traitement aurait fait rêver les informaticiens des années 1990. Au début de l’année 2014, les derniers modèles de smartphones ont la même capacité de calcul que les super ordinateurs Cray 1 qui servaient à calculer les prévisions météorologiques ou à gérer le parc de missiles stratégiques américains au siècle dernier. Et ce n’est pas tout, puisque ces objets renferment également de multiples capteurs pour se repérer dans l’espace, avec GPS, accéléromètre, boussole, magnétomètre, nous permettre de communiquer, avec wifi, 3G, 4G, bluetooth, NFC enregistrer des données, avec généralement deux appareils photos, micro, capteur de pression, de proximité, de température…

De par leur relativement faible prix, leur compacité et leur autonomie, ce sont donc de parfaits outils pour le scientifique pour lesquels ils peuvent remplacer avantageusement un ordinateur avec une interface dédiée et ses couteux capteurs. Bien sûr, les capteurs des smartphones sont en général moins précis que leurs couteux homologues professionnels, mais cela n’est absolument pas gênant pour un usage pédagogique où il est plus important que l’élève comprenne le principe de la mesure et son traitement.

Au lieu de lutter contre « l’intrusion » de ces technologies dans les établissements scolaires, utilisons-les intelligemment, en appréciant, en plus, que les élèves apportent leurs propres outils avec eux, permettant ainsi de substantielles économies au monde éducatif !

Reste à savoir comment s’en servir efficacement en classe, et c’est là qu’intervient l’ouvrage que vous avez entre les mains.

iStage_2_Smartphones_in_Science_Teaching_pdf__page_1_sur_76_

20 enseignants de 14 pays différents pour un livret pédagogique hors norme

Dès l’origine de sa conception, lors de la réunion préparatoire dans les locaux de SAP à Berlin, en décembre 2012, nous voulions que les fiches pédagogiques de iStage 2 soient le plus pratiques possible, recensant les applications à utiliser pour les deux principales plateformes du marché (Androide et Apple iOS), des instructions pas à pas pour leurs mise en oeuvre  ainsi que toutes les indications pour surmonter les différents écueils qui ne manquent jamais de survenir quand on utilise de nouveaux outils avec des élèves. Toutes ces fiches ont donc été conçues par des enseignants de sciences, testés par des élèves en situation réelles et optimisées pour être réutilisables le plus facilement possible par des professeurs qui ne soient pas forcement féru de technologie.

Dans la section intitulée « Oreilles » les enseignants bénévoles qui ont rédigé ce livret se sont concentrés sur l’utilisation des capteurs sonores des smartphones. Destinés à l’origine à capter simplement la voix lors de conversations téléphoniques, ces capteurs sont aujourd’hui d’une qualité suffisante pour permettre d’enregistrer de la musique en conjonction avec l’image quand on utilise son smartphone comme caméra vidéo. Cela ouvre donc des possibilités intéressantes pour un usage scientifique, depuis l’analyse du volume sonore pour créer une carte des nuisances auditives dans un établissement scolaire jusqu’à la reconnaissance des fréquences sonores des chants d’oiseaux ou des instruments de musique, en passant par l’utilisation de l’effet Doppler pour calculer la vitesse d’un véhicule.

La section « Yeux » est plus spécifiquement dédiée à l’utilisation des capteurs photos des téléphones portables pour analyser des distances, agir en spectromètre afin de déterminer la concentration d’une solution ionique. Enfin, la section « Mains » donne des idées d’utilisation des autres capteurs intégrés dans les smartphones : accéléromètres, magnétomètres…

Les utilisations possibles sont très nombreuses et ces fiches pédagogiques peuvent donc être utilisés tel quel ou modifiées pour s’adapter à l’age de vos élèves et aux exigences de votre cursus.

Obtenir iStage 2

IStage 2 est disponible en anglais et en allemand sur le site de Science on Stage Deutschland.

Vous pouvez également visualiser le Making Of du projet que j’ai réalisé afin de voir comment nous avons travaillé à la réalisation de ce livret :

Prochaines formations

Dans le cadre des projets iStage 1 et 2, des formations ont déjà eu lieu et d’autres sont encore à venir.

Le 9 février 2015, j’étais à ULM (Allemagne) pour une formation iStage 1 (Scratch et Tracker) et une introduction à iStage 2.

Le 28 Avril 2015 une formation a été organisée par l’Ifé à Lyon. Il y avait une trentaine d’enseignants de physique/chimie de l’Académie de Lyon.

Du 17 au 21 Juin 2015 j’étais au Festival Science on Stage à Londres pour présenter le projet commun avec Lorenza Resta sur les Smartphones dans les parcs d’attractions.

Du 10 au 13 Septembre 2015 j’étais à Naples pour le Festival de Sciences à la Citta de la Scienza organisée par l’AIF (Association des professeurs de physique Italiens)

Le 24 Octobre 2015 j’étais au Festival Playful Science organisé à Wavre (Belgique) par Science on Stage Belgique

Le 27 Novembre 2015 je serais à Dortmund pour une formation auprès de collègues de physique.

Le 15 Janvier 2016 je serais à Weilburg (près de Francfort) pour une formation auprès d’enseignants de chimie.