Facebook et Twitter pour communiquer

Cet article a été rédigé sur demande de mes collègues du SNES Strasbourg afin de leur explique en quoi consistent Facebook et Twitter et comment il est possible de « moderniser » la communication d’une organisation, comme un syndicat, en utilisant efficacement ces réseaux sociaux.

A noter qu’entre temps je ne me sers plus de Facebook et de Twitter que comme relais pour les informations que je met sur ce site ! Je suis également en train d’essayer Ello, mais tant qu’une masse critique d’utilisateurs n’est pas atteinte, un réseau social n’apporte rien d’autre qu’un peu de procrastination supplémentaire.

Outils de communications : réseaux sociaux

Facebook

Présentation

Sans doute le plus connu des réseaux sociaux, il fonctionne sur un système de «pages» qui peuvent être personnelles ou appartenir à des organismes (sociétés, associations, groupes musicaux…). Chaque «page» est un mini site internet dont la page principale est déclinée de façon chronologique inversée (information la plus récente en haut de page) sur une ou deux colonnes. A cette page principale peuvent être associées des pages annexes contenant des médias (photos et vidéos).

Chaque utilisateur enregistré de Facebook peut devenir «ami» avec d’autres utilisateurs ou «suivre» une page (sans être ami). Il a alors accès aux publications de ses «amis» et des pages «suivies» sur une page «principale» qui s’affiche par défaut au moment de la connexion sur Facebook.

Accès aux pages Facebook

La consultation simple ne nécessite pas de compte Facebook si la page est déclarée «publique». Il est nécessaire d’avoir un compte Facebook pour commenter les informations ou pour «aimer» (like) une publication. Plus une publication a de «like», plus elle sera affichée haut dans la page des personnes qui suivent (amis ou simples suiveurs) l’auteur.

L’accès à Facebook peut se faire par un navigateur internet ou par des applications dédiées pour smartphone et tablettes. C’est ce dernier mode de consultation qui est le plus fréquent. L’application Facebook pour mobile peut même afficher les articles sur la page d’accueil du téléphone.

Ainsi, une information très appréciée (avec beaucoup de «like» et de commentaires) a plus de chance d’apparaitre en haut de page d’accès d’un utilisateur qui suit la page et qui ne va pas forcément regarder très loin dans la liste des informations (surtout sur appareils mobiles).

Cela incite donc les utilisateurs à mettre en ligne des informations «percutantes» et de les renouveler souvent s’ils veulent être appréciés (attirer les «like» et les commentaires).

Publication

La grande force de Facebook est la grande facilité de la publication. En haut de la page du compte, il y a toujours une «case» vide qui peut accueillir du texte et/ou des images. Il suffit de taper le texte et de le valider avec un bouton pour qu’il soit mis en ligne. Aucune connaissance «technique» n’est nécessaire. Les images peuvent être mis en ligne par simple glisser/déposer ou en cherchant l’image sur son disque dur. C’est cette simplicité qui fait la force de l’outil (et dont devraient s’inspirer les outils mis en place par l’EN, au lieu de nous pousser à utiliser Moodle qui semble préhistorique en comparaison !).

Pour les pages d’organisation, il est possible de créer plusieurs niveaux d’organisateurs : un ou plusieurs administrateurs qui ont un accès complet sur la page (gestion des utilisateurs, modération des commentaires, création et suppression de contenu…) et de simples auteurs qui ne pourront qu’écrire des articles ou publier des photos.

Les articles peuvent être longs, mais seules les quatre ou cinq premières lignes seront affichées sur la page principale. Il n’est pas possible de faire de mise en page élaborée en dehors des sauts de lignes forcés (pas de gras, d’italique, de titres…).

Ma recommandation 

Je propose que l’organisme crée une page facebook. Cela impose que tous les administrateurs et auteurs aient aussi une page personnelle sur Facebook.

Cette page personnelle peut rester totalement privée et ne contenir aucune autre information que celles qui sont obligatoires à l’inscription (un nom et une adresse e-mail).

Une ou plusieurs personnes de la direction pourraient être «administrateurs « de cette page (par exemple dénommée : Organisation ) et nommer plusieurs auteurs susceptibles de partager des informations sur les activités de l’organisation.

Il faut un visuel carré pour le logo et une bannière pour le haut de la page.

Twitter

Présentation

Twitter est une sorte de «fil AFP» de l’Internet, où chacun pourrait informer et faire suivre (retwitter) l’information.

Le service permet de partager des messages courts contenant au maximum 140 caractères et, éventuellement, une photo.

La particularité de Twitter vient de la façon d’accéder aux informations : on peut «suivre» un utilisateur ou chercher tout ce qui contient un code spécifique nommé «hashtag» et commençant par le symbole « # ».

Accès au fil Twitter

Comme pour facebook, il n’est pas nécessaire d’avoir un compte pour consulter Twitter, mais un compte permet de « retwitter » (faire suivre une information à ses «follower»), de suivre des utilisateurs ( et devenir ainsi «follower» d’un utilisateur) et de conserver ses «hashtags» favoris pour les suivre.

La création d’un compte Twitter est aussi simple qu’un compte Facebook, seul un pseudo et une adresse e-mail sont nécessaires.

Comme pour Facebook, Twitter est essentiellement consulté sur appareils mobiles avec des applications dédiées. Même sur ordinateur, les utilisateurs emploient souvent un logiciel dédié pour retrouver plus facilement leurs favoris (hashtags et utilisateurs).

Un mot sur les hashtags

Ce système ingénieux permet de suivre des «conversations» qui ont lieu entre personnes qui parfois (souvent) ne se connaissent pas, mais discutent d’un sujet commun.

Ainsi, le hashtag « #snes » permet de suivre toute l’actualité du SNES et de lire tous les messages Twitter qui ont été postés (depuis l’origine du service !) et contiennent ce hashtag.

C’est donc un bon moyen d’indexation des contenus, à condition de bien choisir son hashtag : simple à retenir, court et en rapport avec le sujet.

Un hashtag ne contient pas d’espace et il possible de mettre plusieurs hashtags dans un message Twitter (mais attention à la limite des 140 caractères).

Publication

Contrairement à Facebook, Twitter est pensé comme un outil uniquement «personnel». Il n’est donc pas possible de créer plusieurs accès différents à un compte. Il est toutefois possible que plusieurs personnes utilisent le même compte, si elles se mettent d’accord pour partager les informations de connexion.

Au moment de la rédaction des publications, il faut être très succinct pour tenir dans les 140 caractères. C’est particulièrement vrai si l’on souhaite partager une adresse Internet (souvent longues). Dans ce cas, on passe généralement par un service qui va raccourcir les adresses (comme bitly). Ce type de site Internet va créer une adresse courte (exemple : http://bit.ly/12345) qui va être redirigée vers une adresse «normale» (exemple : http://www.monorganisation.com/marubrique/unpeuplusloin/page.htm) faisant ainsi gagner de précieux caractères.

Liaison Facebook – Twitter

Les deux services peuvent être liés. Cette liaison est à effectuer sur les deux sites et permet ainsi de publier automatiquement un article Facebook à chaque fois que l’on crée un article Twitter et inversement.

Cela permet de toucher davantage de gens en un minimum d’opérations.

Dans le cas d’un article Facebook partagé par Twitter, celui-ci sera tronqué à 140 caractères avec un lien pour lire l’article complet sur Facebook.

Ma recommandation

Créer un compte Twitter sous un pseudo évident : Organisation et

* Soit en attribuer l’administration à une seule personne qui sera chargée de publier régulièrement des informations.

* Soit partager les informations de compte entre plusieurs «auteurs» qui seront chargés de publier sur Twitter.

Dans tous les cas, lier les comptes Twitter et Facebook afin de répandre l’information au maximum et d’être efficace.

À noter également que la plupart des CMS (content management systems) comme SPIP, WordPress… donnent la possibilité de partager un nouvel article sur Facebook et/ou Twitter afin que les personnes qui suivent ces réseaux sociaux soient immédiatement informées lors de la publication d’un nouvel article sur le site Internet.

Lien pour marque-pages : Permaliens.